Animal & société

Quel est l’impact du coronavirus sur les achats et les adoptions animales ?

Le coronavirus a désormais un réel impact sur nos vies, peu importe notre échelle sociale, il bouleverse notre quotidien et menace notre futur. Dans ce contexte de pandémie mondiale, notre vie nous paraît tout à coup bien fragile et plus que jamais, précieuse.

Grâce au confinement, on prend désormais les choses différemment et on priorise celles qui comptent le plus à nos yeux : la famille, les amis, mais aussi notre environnement et le besoin de renouer avec la nature.

C’est pourquoi les ventes de maisons ont relativement augmentées et avec elles, les adoptions animales.

Quoi de mieux qu’un poulailler dans le jardin pour ramasser des œufs « gratuitement » tous les matins ? Ou encore des lapins pour distraire les enfants et donner vie au jardin ?

Travaillant en animalerie, j’ai vu naître cet engouement pour les animaux de compagnie avec un peu de perplexité.

Dans cet article, je voulais partager mon point de vue sur cet impact qu’a le coronavirus sur les adoptions ainsi que les achats d’animaux de compagnie.

Adoptions et achats irréfléchis

Lors du premier confinement, la vente d’animaux était proscrite en animalerie, ce qui a déclenché des achats spontanés après celui-ci.

Les gens cherchent avant tout à s’occuper et occuper leurs enfants, notamment grâce au jardinage et au bricolage, mais quoi de plus distrayant qu’une petite boule de poils à éduquer ?

Effectivement, les animaux quels qu’ils soient peuvent être une véritable roue de secours dans cette période assez morose et particulière. Depuis, les confinements se sont enchaînés et les animaux restent une solution que beaucoup de gens pensent idéale pour égayer leur quotidien.

Ce n’est pas forcément faux mais j’ai pu constater que les achats d’animaux sont trop souvent irréfléchis et semblent même temporaires.

Les poissons sont souvent choisis car à première vue, ils semblent nécessiter très peu d’entretien et adapter aux petits budgets.

Il faut savoir qu’il n’existe pas d’animaux pour les petits budgets si on souhaite les accueillir comme il se doit. A part si vous possédez déjà le matériel nécessaire, l’achat d’un animal nécessite une réflexion et un accord de toute la famille afin qu’il soit acueillit dans les meilleures conditions.

Il y a quelques jours, une cliente est venue acheter un aquarium pour mettre des poissons. Elle m’explique qu’elle vit seule et qu’elle aimerait une compagnie. J’ai pris le temps de lui expliquer l’entretien de l’aquarium ; les cartouches de filtration à changer, l’eau à renouveler, le siphonnage du sable, le nettoyage des vitres et la nourriture des poissons. Après toutes ces explications, elle me dit que finalement elle va réfléchir car elle ne pensait pas qu’il fallait faire autre chose que nourrir les poissons !

L’inadaptabilité de certains animaux avec le rythme de vie de certaines personnes témoigne, elle aussi, des achats irréfléchis qui, malheureusement ne sont pas toujours évités. En effet, les vendeurs ne sont pas toujours bienveillants et ils poussent même les ventes en les rendant encore plus inadéquates.

Dans les refuges, c’est le même tableau, les gens recherchent leurs compagnons de vie mais malheureusement, certains ne pensent pas toujours à l’après confinement ou l’après Covid. Les gens ne réfléchissent pas toujours au fait qu’ils ne pourront peut-être plus gérer cette adoption une fois le confinement ou le télétravail terminé.

Adoptions et achats immédiats

En plus de n’être pas toujours adaptées et réfléchies, les ventes et les adoptions d’animaux doivent désormais être immédiates.

Il n’est pas rare que certains clients n’aient pas pris le temps de se renseigner en amont sur leur nouveau protégé. Ce qui m’oblige à penser que cet achat est irresponsable et impulsif. Le temps pour la réflexion sur le confort et le temps qu’ils auront à lui consacrer est très brève. L’achat de l’animal se fait presque comme un achat inerte. Les émotions et les sentiments de l’animal semblent soudain être mis de côté, pour la joie que cela procure de l’avoir à la maison, et d’occuper pendant un temps, toute la famille.

Les clients fonctionnent de plus en plus au coup de cœur. Ils repartent avec un lapin alors même qu’ils n’avaient pas prévu d’acheter d’animal ! Ce n’est pas forcément une mauvaise chose et le lapin en question ne sera pas obligatoirement malheureux, mais l’achat d’un être vivant ne devrais absolument pas être spontanée.

Il est évident que les gens ne comprennent pas tous immédiatement la responsabilité dans laquelle ils se sont engagés, et c’est à nous plus que jamais de leur montrer que l’animal est adapté ou non, à leur rythme de vie, ainsi que les conséquences que cela peut avoir pour eux, mais aussi pour l’animal.

Abandons

Le coronavirus a malheureusement entraîné une hausse des abandons d’animaux de compagnie. En effet, au début de la pandémie, il y a eu une vague de panique par rapport à nos petits compagnons. Puisqu’une des premières informations que l’on a eu sur l’apparition de la Covid a été qu’elle serait d’origine animale, cela a complètement affolé la population.

Beaucoup de boules de poils ont donc été abandonnés dans le but de « protéger » le cercle familial. Ce qui, en réalité, n’avait aucun impact puisque à ce jour, il n’y a pas de preuves concernant la transmission directe de la Covid, d’un animal de compagnie à un homme.

Il y a aussi les hospitalisations qui entraînent une absence parfois longue, du domicile. Les animaux sont souvent pris en charge par l’entourage mais bien souvent, si le propriétaire hospitalisé tarde à revenir ou s’il décède, l’animal se retrouve en refuge.

Pour évoquer quelque chose de plus positif, le confinement nous a aidé à nous recentrer sur nos priorités. Et la reconnexion à la nature en fait partie. Beaucoup de personnes ont pris le temps d’aménager leur jardin et notamment d’installer un poulailler ou un parc à lapins. Cela a même réveillé l’envie de partir s’installer dans une région plus verte, moins bâtie.

Nos amis les chiens et les chats nous ont vu tout à coup plus présents et disponibles pour jouer avec eux. Nous avons enfin pris le temps de faire goûter à nos amis les rongeurs, un peu de liberté en les sortant de leurs cages.

Le confinement et le coronavirus toujours d’actualité, ont apporté beaucoup de drames, de peurs mais aussi des interrogations face à ce nouvel ennemi.

Pour la première fois depuis des décennies nous avons un ennemi commun qui n’épargne personne et impacte notre vie jusque dans notre quotidien.

Si le coronavirus a bouleversé notre vie il a aussi bousculé le quotidien de nos animaux.

Il est important de ne pas oublier que les animaux font partie de notre famille et qu’ils ne sont pas responsables de la transmission du coronavirus.

Il est important aussi, de ne pas se précipiter pour acheter ou adopter l’un d’entre eux. Malgré la crise sanitaire qui nous pousse à trouver de nouveaux centres d’intérêts, nous ne devons pas perdre le sens de cette responsabilité qui est celle d’accompagner nos animaux tout au long de leur vie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s